JOURNÉE D’INTÉGRATION BTS CG AU FUTUROSCOPE

Deuxième parc  français en termes de chiffre d’affaires derrière Disneyland Paris et troisième parc le plus fréquenté, le Futuroscope est un modèle de réussite.

Le Futuroscope est le premier parc d’attraction à ouvrir en France en 1987. La première pierre a été posée en 1984 par René Monory, président du conseil général de la Vienne, qui souhaite redynamiser la région et la rendre touristique en innovant avec un projet jugé fou. A l’ouverture, le parc n’avait alors que deux attractions. Aujourd’hui il en compte plus de 25 dont deux primées meilleures attractions de l’année (Arthur et les Minimoys 2012, Les Lapins Crétins de 2014 à 2016). Leur dernière attraction est nominée pour le prix 2017 (L’extraordinaire voyage).

En 2000, après avoir évité un dépôt de bilan, le groupe Amaury a racheté le parc sans avoir de connaissances en parc d’attraction. En 2011, la Compagnie des Alpes (propriétaire du parc Astérix, Walibi…) reprendra l’affaire et possèdera 45% des actions, 38% seront au Conseil général et 17% à des actionnaires privés.

Le chiffre d’affaires du parc depuis 2010 est de 88 millions d’euros et compte en bénéfice 10,5 millions d’euros. La stratégie mise en place est de réinvestir 10% du chiffre d’affaires pour renouveler 20% du parc et créer 60% de re-visites.  Il y a aujourd’hui 1 820 000 visiteurs par an environ, contre 250 000 au lancement, et les dirigeants souhaitent atteindre les 2 millions d’ici 2020.

La communication est également stratégique, en effet, il n’y a qu’un support par an de créé. Jusqu’en 2014 il mettait en avant un élément ou évènement important du parc, par exemple, une nouvelle attraction ou bien l’anniversaire du Futuroscope. Depuis 2015, le visuel du parc est choisi comme support pour mettre en avant la diversité et est ajouté un slogan « Vous n’imaginez pas ce qui vous attend ». Le lieu est également dédié aux enfants à partir de 5 ans ce qui est au niveau stratégique important pour créer un environnement familial.

Le Futuroscope pratique également le street-marketing. Cela correspond au fait de démarcher des prospects sur leur lieu de vacances (campings sur la côte atlantique)  pour leur donner l’envie de se rendre dans un autre.  Les objectifs sont calculés en fonction de la fréquentation, du prix du billet et de l’état du tourisme français.

La particularité du Futuroscope est de concilier amusement et connaissance. C’est pour cette raison que les Français sont les principaux visiteurs car les étrangers n’ont pas cette culture d’apprendre en s’amusant. Les Espagnols sont les premiers dans le classement des visiteurs hors France (42%) suivis des anglais, belges et suisses. Le taux de satisfaction est élevé, les clients ont donné la note de 8/10 au parc et 95% d’entre eux reviennent ou souhaitent revenir.

Les visites sont divisées en visites individuelles (80%) et en groupe de personne (20%). Le Futuroscope offre plusieurs services, l’accueil de visites scolaires ainsi que l’accueil de comités d’entreprise. Il est même possible de se rendre au parc et d’avoir accès à de salle de réunion pour les entreprises.

Le parc a créé 10 000 emplois dans la Vienne et a impacté sur la région en devenant le lieu le plus visité. Le projet de départ de rendre la région touristique est désormais réel. 717 salariés travaillent en moyenne par an (56% femmes, 44% hommes) au sein du Futuroscope.

Les projets de développement sont tels qu’agrandir le parc s’il atteint les 2 millions de visiteurs en construisant sur les parcelles restantes et en achetant celles voisines. Le plus gros serait d’attirer les étrangers et plus particulièrement le BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) car ce sont des pays à forte influence et puissants. Un Futuroscope verra peut-être le jour en Inde d’ici quelques années.

Les partenaires du Futuroscope sont de plus en plus nombreux. Ce sont des partenaires de renommée mondiale (Ubisoft, Coca-cola, Playstation…) comme de petites start-up qui aident au développement.

Les métiers du parc se décomposent en trois grandes catégories : la conception et la promotion (projet, innovations…), l’administration et la gestion (Ressources humaines, comptabilité…) et l’exploitation du parc (contact avec le client). Il y a d’autres métiers plus techniques tels que les paysagistes, les électriciens, la maintenance, mais ceux-ci sont délégués à des entreprises de sous-traitance car le parc estime que ce sont des  métiers pour lesquels il faut de l’expérience et des connaissances spécifiques.

Le recrutement au Futuroscope ne se fait pas seulement par le CV du candidat. En effet, les recruteurs ont mis en place des fondamentaux à relever chez les employés. Ces fondamentaux sont le professionnalisme, l’enthousiasme, la bienveillance et le partage. Lors de l’entretien une mise en situation face à un faux client permet de voir si ces particularités sont les qualités du candidat.