Appuyer sur "Entrée" pour passer au contenu

[En images] Portes ouvertes 2018 : le petit succès d’un samedi matin

Quentin Saison 1

Il est 8h30 lorsque les premiers parents arrivent. Une quarantaine d’élèves, de la seconde à la terminale, internes comme externes, les attendent de pied ferme. Aujourd’hui samedi 8 mars, ont lieu les portes ouvertes du lycée Émile-Roux. Au programme : visite du lycée et de l’internat, présentation des enseignements d’exploration et découverte de la vie des étudiants. Depuis jeudi, une bonne partie de l’équipe pédagogique et des guides est sur le branle-bas de combat, afin d’offrir aux visiteurs la meilleure vision possible de l’établissement. L’objectif : les attirer, et convaincre les troisièmes et leurs familles d’intégrer Émile-Roux.

Cette année, l’itinéraire de visite a été quelque peu repensé. Il n’y a plus un seul circuit mais deux, ce qui est supposé réduire le temps d’attente entre les groupes. Et à en croire Myriam Campain, professeure d’Anglais chargée de présenter la classe d’évaluations par compétences (les secondes 1), c’est une réussite. Le flux de groupes est quasi-constant et contrairement aux années précédentes, les professeurs n’attendent plus pendant de longues minutes les familles. Jean-Guillaume Desmoulin, le proviseur du lycée, est également satisfait. Tout se passe comme prévu et les futurs lycéens sont au rendez-vous : à 11h, l’accueil dénombrait environ 160 visiteurs. Si les parents sont parfois perdus au milieu de tant d’informations, les enseignants sont tout de même optimistes, à l’image de Gerhard Moller (professeur d’Anglais) qui estime les visiteurs réellement intéressés par le lycée. En revanche pour quelques élèves, certaines familles se disent intéressées « pour faire plaisir ».

Mais tout le monde ne vient pas pour les filières générales. Le bac pro ASSP, dont les inscriptions sont déjà bouclées début mars, attire beaucoup de visiteurs. Pour Claudine Lépine, qui enseigne aux ASSP, les familles savent pour quelle filières elles viennent, et la plupart de celle qui s’arrêtent à son stand sont réellement attirées par le bac professionnel. Benjamin Deisieux, qui lui est en BTS, estime que « tout se passe bien ». La matinée est encore loin d’être terminée, mais il a déjà guidé pus de quatre familles, dont le plupart cherchent un apprentissage. Et comme un image vaut mille mots, nous vous laissons avec ce photoreportage.

 

  1. Valentina Castillo, professeure d’espagnol gérant notamment eTwinning, a réalisé une vidéo des photos prises par ses soins durant la journée. A retrouver sur Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *